Aux sources du djihad ou les invectives et imprécations du Coran à l’adresse des incroyants

La justification du djihad dans le Coran.

Pour tous les musulmans sans exception, le Coran  القرآن  est la parole d’Allah الله révélée par son Messager « Mahomet » : Mohammed محمّد  (nom complet : Abū al-Qāsim Muḥammad ibn ʿAbd Allāh ibn ʿAbd al-Muṭṭalib ibn Hāshim )  Un bon musulman à l’obligation de s’y conforter sous peine d’ être voué aux flammes de l’enfer.

 « il faut adorer Dieu seul et ne suivre rien d’autre que le Coran » tel est le leitmotiv du pieux musulman.  « Brûlez les bibliothèques, car leur valeur se trouve dans ce seul livre (le Coran). » (Citation ttribuée à Umar ibn al-Khattâb عمر بن الخطاب (581-644) dit (Omar عمر calife)  581-644  — lors la prise d’Alexandrie)

« Et quand leur sont récités nos versets (du Coran) en toute clarté, ceux qui n´espèrent pas notre rencontre disent: « Apporte un livre d’enseignement autre que celui-ci » ou bien « Change-le ». Dis: « Il ne m´appartient pas de le changer de mon propre chef. Je ne fait que suivre ce qui m´est révélé. Je crains, si je désobéis à mon Seigneur, le châtiment d´un jour terrible ». Le Coran – Verset 10.15
وَإِذَا تُتْلَىٰ عَلَيْهِمْ آيَاتُنَا بَيِّنَاتٍ ۙ قَالَ الَّذِينَ لَا يَرْجُونَ لِقَاءَنَا ائْتِ بِقُرْآنٍ غَيْرِ هَٰذَا أَوْ بَدِّلْهُ ۚ قُلْ مَا يَكُونُ لِي أَنْ أُبَدِّلَهُ مِنْ تِلْقَاءِ نَفْسِي ۖ إِنْ أَتَّبِعُ إِلَّا مَا يُوحَىٰ إِلَيَّ ۖ إِنِّي أَخَافُ إِنْ عَصَيْتُ رَبِّي عَذَابَ يَوْمٍ عَظِيمٍ 

 

Le Coran en quelques chiffres :

La traduction utilisée est celle de Monsieur Jean Grosjean, Editions Philippe Lebaud – collection Point-Sagesse 1979. Cette traduction est distribuée par l’Institut du Monde Arabe à Paris et a reçu l’aval de l’Institut de Recherches Islamique Al-Azhar, université islamique fondée au Caire en 973 (calendrier chrétien) par les Fatimides, la plus ancienne du monde et la plus prestigieuse dans la communauté arabe et musulmane.  Actuellement, l’université al-Azhar se prétend être la plus haute autorité de l’islam sunnite.

al_azhar_cairo
Présentation de quelques anciens et prestigieux étudiants de l’université al-Azhar :

Hassan El-Banna (حسن البنا), fondateur de la Société des Frères musulmans ( جمعية الأخوان المسلمين )
Mohammed Amin al-Husseini (Surnommé « le glaive de l’islam ») grand mufti de Jérusalem connu pour ses liens idéologiques et politiques avec Adolf Hitler
Abdallah Azzam (عبد الله يوسف مصطفى عزام) activiste et prédicateur palestinien.
Ahmed Yassine cofondateur et dirigeant spirituel du Hamas (abattu le 22 mars 2004)
Mohamed Badie  (محمد بديع) 8e Guide suprême des Frères musulmans, ondamné à mort en 2015 par la justice égyptienne pour :« planification de recours à la force contre l’État » et « incitation au chaos et à la violence »
Tariq Ramadan controversé intellectuel musulman, prédicateur et professeur d’islamologie à l’université d’Oxford . Tariq Ramadan  a été sous interdiction d’entrée aux Etats-Unis pendant plusieurs années (2004-2010).

 

 

Extrait de « Petit guide du Coran » de Laurent Lagartempe :

— On remarque d’emblée la fréquence des expressions vindicatives, d’ailleurs explicitement voulues par le ou les auteurs : « Nous l’avons donc révélé dans un Coran arabe et y avons déployé des menaces » (XX.13). Et en effet un premier recensement montre que le texte est parsemé d’un bout à l’autre d’invectives et d’imprécations à l’adresse des « incroyants », dont nous verrons qu’ils sont divers, mais qui tous appartiennent à l’unique et universelle classe des non-musulmans. Les incroyants de toutes races et de toutes religions autres que l’Islam ont pour lot commun d’être insultés, tourmentés, maudits, brûlés et tués par tous les moyens imaginables. Dans la seule sourate II « La vache » figurent plus de quarante versets imprécateurs d’incroyants, dont on répète facilement  les multiples expressions violentes et intransigeantes.
A eux le tourment, qualifié selon le cas de sans borne (verset 7 ; 114), d’affreux (10 ; 85 ; 104 ; 174), de terrible (165 ; 174), de honteux (90 ; 114). A eux la perdition (27), le malheur (79). Qu’ils soient les hôtes du feu (39 ; 83 ; 167 ; 217 ; 221 ; 257), de la combustion (24), de la fournaise (119), de la Géhenne (206). Ils sont dignes des pires insultes : ils sont comme des signes que l’on rejette (65) ; comme des bêtes (171), stupides (13), aveugles (18), à humilier (65), sans recours (270). Voués à la malédiction de Dieu (88 ; 159 ; 161), à la colère de Dieu (61), à la haine de Dieu (98), à la colère du Ciel  (59). Chassez-les, combattez-les, tuez-les (191 ; 194 ; 244), appliquez-leur la loi du talion (178 ; 179). (…) D’emblée la page 2 de la sourate II donne le ton avec pas moins de 6 versets colériques (7-10-13-18-24-27). La quarantaine de versets de cette sorte que l’on recense au total dans la sourate, qui en contient 286, donne le ratio moyen de 14%, soit 1,6 par page. On voudrait croire que cette première et principale sourate n’est pas représentative de l’ensemble et que le ton change dans celles qui suivent. Or, on a vite fait de se rendre compte que ce n’est pas la pire, que le livre entier est émaillé des mêmes menaces et que la verve pour en exprimer l’âpreté ne cesse de s’amplifier.

Qu’ils meurent de rage (III 119), soient taillés en pièces (III 127), détruits (III 141) ; jetez l’effroi dans leur cœur (III 151), combattez les clients de Satan (IV 76), saisissez-les, tuez-les où que vous les trouviez (IV 89-91), leur salaire sera d’être tués ou crucifiés ou d’avoir une main et le pied opposé coupés (V 33), âme pour âme, œil pour œil, nez pour nez, oreille pour oreille, dent pour dent, le talion pour les blessures (V 45) ; ils auront droit au breuvage bouillant de l’affreux tourment (VI 70), aux abîmes de la mort (VI 93) ; le seigneur détruit les villes quand les habitants restent païens (VI 131), extermine ceux qui nient les signes (VII 72) ; frappez les sur la nuque, frappez-leur les doigts (VIII 12), vous ne les avez pas tués, c’est Dieu qui les a tués (VIII 17) ; ils leur frapperont la face et la base du dos (VIII 50), un prophète n’a pas à faire de prisonnier avant d’être prévalu (VIII 67) ; les incroyants ne sont que souillure (IX 28) ; l’or et l’argent seront surchauffés au feu de la Géhenne pour leur marquer le front, les flancs et le dos (IX 35) ; à eux le carcan (XIII 5), nous envahissons leur pays et les réduisons de toutes parts (XIII 41), nous allons détruire les coupables et vous installer à leur place sur cette terre ((XIV 13-14) ; la Géhenne guette l’insolent, il n’y boira que du pus, à petites gorgées qu’à grand peine il avalera (XIV 16-17) ; ils auront les yeux exorbités (XIV 43) ; tu les verras avec des tuniques de goudron et la face dans le feu ((XIV 50) ; une flamme éclatante les frappe (XV 18) ; Dieu les enveloppera de faim et de peur (XVI 112) ; tu seras un infâme rebut (XVII 22), Dieu déchaîne su eux un ouragan, une tornade (XVII 68), une eau comme du bronze en fusion leur brûlera la face (XVIII 29) ; nous ferons d’eux une moisson sans vie (XXI 15) ; on taillera des vêtements de feu pour les incroyants, on leur versera de l’eau bouillante sur la tête, leurs entrailles et leur peau en seront consumées. A eux les fouets de fer ; chaque fois qu’ils voudront en sortir, poussés par la souffrance, on les y ramènera (XXII 20-21-22) ; le débauché et la débauchée, fouettez-les chacun de cent coups de fouet (XXIV 2-4 ); quand vous rencontrez des incroyants, frappez-leur la nuque jusqu’à les abattre et liez-les bien fort (XLVII 4).

Ce n’est plus seulement de la contrariété que l’on éprouve, au fur et à mesure que l’on progresse dans cet impressionnant inventaire, mais de la consternation et de l’effroi. Le nombre de versets colériques repérables est au bas mot de 550 pour l’ensemble du livre, auxquels s’ajoutent une centaine d’autres versets moins outranciers, mais plutôt désobligeants pour ceux auxquels ils s’adressent. Ces quelques 650 versets plus ou moins colériques conduisent au ratio global de 10 % des 6235 versets du livre et de 1,8 en moyenne par page. Une telle fréquence confère au livre son caractère très particulier d’ouvrage d’intense et violente propagande.

La table V. 17 : « sont assurément infidèles ceux qui disent : « Dieu est l’Oint, fils de Marie ». Dis : « Qui pourrait empêcher Dieu d’anéantir le Messie, fils de Marie et sa mère et jusqu’au dernier des terriens… »

L’interdiction, V. 9 : « Mahomet, combats les mécréants et les hypocrites. Sois rude à leur égard. Que leur asile soit la géhenne. »

IX.29-30 : « Combattez : ceux qui ne croient pas en Dieu et au Jour Dernier ; ceux qui ne déclarent pas illicite ce que Dieu et son Prophète ont déclaré illicite ; ceux, qui parmi les gens du livre, ne pratiquent pas la vraie religion Combattez-les jusque-là ce qu’ils payent directement le tribut après s’être humiliés. Les juifs ont dit : Uzaïr est fils de Dieu !les chrétiens ont dit : le Messie est fils de Dieu ! Telle est la parole qui sort de leur bouche ; ils répètent ce que les incrédules disaient avant eux. Que Dieu les anéantisse ! Ils sont tellement stupides ! »

II.61 : « ils furent frappés par l’humiliation et la pauvreté. La colère de Dieu les éprouva parce qu’ils n’avaient pas cru aux signes de Dieu, parce qu’ils tuaient injustement les prophètes, parce qu’ils étaient désobéissants et transgresseurs. »

IV.160 : « Nous avons interdit aux juifs d’excellents nourritures qui leur étaient permises auparavant : c’est à cause de leur prévarication ; parce qu’ils se sont souvent écartés du chemin de dieu, parce qu’ils ont pratiqué l’usure qui leur était pourtant défendue, parce qu’ils ont mangé injustement les biens des gens. Nous avons préparé un châtiment douloureux pour ceux d’entre eux qui sont incrédules. »

V.73 : « Oui, ceux qui disent : Dieu, est en vérité le troisième de trois, sont impies. Il n’y a de Dieu qu’un Dieu unique. S’ils ne renoncent pas à ce qu’ils disent, un terrible châtiment atteindra ceux d’entre eux qui sont incrédules. »

XXII.19 : « Des vêtements de feu seront taillés pour les incrédules, on versera sur leur tête de l’eau bouillante qui brûlera leurs entrailles et leur peau. Des fouets de fer sont préparés à leur intention. »

XLVII.4 : « Lorsque vous rencontrez les incrédules, frappez-les à la nuque jusqu’à ce que vous les ayez abattus : liez-les alors fortement.»

La repentance, V. 123 : « Ô vous qui croyez ! Attaquez ceux des infidèles qui vivent dans votre voisinage immédiat ! Qu’ils éprouvent votre rudesse ; Sachez que Dieu est avec ceux qui le craignent »

IX.5-6 : « Tuez les polythéistes, partout où vous les trouverez. »

La table, V. 33 : « Ceux qui font la guerre à Dieu et à Mahomet et sèment le désordre seront punis par l’exécution ou la crucifixion ou l’ablation des mains et des pieds opposés ou le bannissement de leur pays, à l’exception de ceux qui seront repentis avant que vous les ayez en votre pouvoir. »

Le butin, V. 65 : « Mahomet exhorte les croyants à combattre. Vingt combattants croyants, fermes, vaincront deux cents infidèles. S’il s’en trouve cent, ils en vaincront mille. »

VIII.12 : « Je vais jeter l’effroi dans le cœur des incrédules : frappez sur leur cou ; frappez les tous aux jointures. »

VIII.38-39 : « Dis aux incrédules que s’ils cessent, on leur pardonnera ce qui s’est passé. S’ils recommencent, qu’ils se rappellent alors l’exemple des Anciens. Combattez-les jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de sédition, et que le culte soit rendu à Dieu en sa totalité. »

VIII.15-16 : « Ô vous qui croyez ! Lorsque vous rencontrez les incrédules en marche pour le combat, ne leur tournez pas le dos. Quiconque tourne le dos en ce jour encourt la colère de Dieu ; son refuge sera la géhenne. Quelle détestable fin ! »

IV.74 : « Que ceux qui troquent la vie présente contre la vie future combattent dans le chemin de Dieu. Nous accorderons une récompense sans limite à celui qui combat dans le chemin de Dieu, qu’il soit tué ou qu’il soit victorieux. »

« Ô vous qui croyez ! Ne prenez point les juifs et les chrétiens comme « amis ». Ils sont « amis » les uns avec les autres. » CORAN, sourate 5, verset 56

Les prises de guerre V. 12 : « Dieu inspire aux anges d’affermir les cœurs des croyants. Lui même jette la panique chez les mécréants. Il ordonne aux anges de les frapper sur le haut du cou et de leur faire sauter un doigt après l’autre. »

« Le Christ est le fils d’Allah. (…) Qu’Allah les tue ! » CORAN, sourate 9, verset 30
« Combattez ceux qui ne croient pas en Dieu et au Jour dernier ; ceux qui ne déclarent pas illicite ce que Dieu et son Prophète ont déclaré illicite ; ceux qui parmi les gens du Livre, ne pratiquent pas la vrai religion. Combattez-les jusqu’à ce qu’il payent directement le tribut après s’être humiliés. » IX, 29.

Sources :  Le Coran Jean GrosJean, Editions Philippe Lebaud, collection Point-Sagesse 1979  (fichier pdf) et le « Petit guide du Coran » de Laurent Lagartempe 

 

 

Conclusion :

  • Un musulman pieux  deviendrait-il  dangereux  ? 

 

  • Le Coran est-il vraiment ce livre sacré que les musulmans décrivent comme prônant au premier chef, la paix et l’amour ?

 

  • Comment ce fait-il que la grande majorité des terroristes soit musulmane et se référe aux versets  du Coran ?

 

  • Pour quelle raison les musulmans n’abrogent pas les versets les plus violents du Coran cités plus haut, montrant ainsi et sans ambiguïtés qu’ils ne cautionnent pas, même involontairement, le terrorisme qu’ils disent « islamiste » mais qui de fait est bel et bien islamique ?

 

Vous avez la possibilité de donner réponse à vos légitimes interrogations en contactant

  L’U.O.I.F. Union des Organisations Islamiques de France.  L’UOIF est une fédération (association type loi 1901)  qui regroupe plus de 250 associations musulmanes réparties sur tout le territoire français. 

Le CFCM  Conseil français du culte musulman . Le C.F.C.M. rassemble des conseils régionaux, des fédérations d’associations et des grandes mosquées. Il a pour mission de représenter le culte musulman dans toutes les instances et manifestations publiques dans lesquelles celui-ci est invité à s’exprimer, dans les débats publics, auprès des médias. Source : Ministère de l’Intérieur

 

« Combattez ceux qui ne croient ni en Allah ni au Jour dernier, qui n´interdisent pas ce qu´Allah et Son messager ont interdit et qui ne professent pas la religion de la vérité, parmi ceux qui ont reçu le Livre, jusqu´à ce qu´ils versent la capitation par leurs propres mains, après s´être humilies »   Le Coran/ verset  9.29  قَاتِلُوا الَّذِينَ لَا يُؤْمِنُونَ بِاللَّهِ وَلَا بِالْيَوْمِ الْآخِرِ وَلَا يُحَرِّمُونَ مَا حَرَّمَ اللَّهُ وَرَسُولُهُ وَلَا يَدِينُونَ دِينَ الْحَقِّ مِنَ الَّذِينَ أُوتُوا الْكِتَابَ حَتَّىٰ يُعْطُوا الْجِزْيَةَ عَنْ يَدٍ وَهُمْ صَاغِرُونَ

 

 
 » Ô vous qui avez cru !  Préservez vos personnes et vos familles, d’un Feu dont le combustible sera les gens et les pierres, surveillé par des Anges rudes, durs, ne désobéissant jamais à Allah en ce qu’Il leur commande, et faisant strictement ce qu’on leur ordonne » Le Coran/ verset 66.6.  L’interdiction (At-Tahrim) يَا أَيُّهَا الَّذِينَ آمَنُوا قُوا أَنْفُسَكُمْ وَأَهْلِيكُمْ نَارًا وَقُودُهَا النَّاسُ وَالْحِجَارَةُ عَلَيْهَا مَلَائِكَةٌ غِلَاظٌ شِدَادٌ لَا يَعْصُونَ اللَّهَ مَا أَمَرَهُمْ وَيَفْعَلُونَ مَا يُؤْمَرُونَ

 

Sponsorisé par  Dar el Athariya – Editions – Iqra
Librairie Iqra 18 rue Wayez BRUXELLES 1070
Iqra Boutique 61  rue Wayez ANDERLECHT 1070
Iqra Boekhandel 131  Abdijstraat ANTWERPEN  2020

 

 

muzulmania_retour

 

Publicités
Cet article, publié dans Le Coran en quelques chiffres, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.